Quel titre aberrant non ?

Et bien, si on en croit une étude récente du world economic forum, les plus mauvais élèves du monde au niveau digital sont les Européens. En effet, pire que de ne pas évoluer, nous sommes carrément en récession digitale !

CSpHKonW4AAN-tW.jpg-large

Qu’est ce que cela signifie ? Comment est-ce possible?
Voici quelques explications !

Même si aujourd’hui, les Européens sont la deuxième population digitale derrière l’Asie et devant les États-Unis, il semblerait que l’adoption du digital pose encore problème.

L’argument qui veut que les États-Unis dominent actuellement l’économie digitale parce qu’ils en sont en grande partie à l’origine est peu recevable quand on voit la place que prend l’aise aujourd’hui.

En effet, l’Europe a probablement fait de mauvais choix basés parfois sur des réactions d’égo et non pas sur base d’une réelle vision digitale européenne.

Avec par exemple des services des stockages de données « juste » européens et qui ne transit donc pas via les états unis, sans réelles plus-values. Ou encore des tentatives d’empêcher les géants américains des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) plutôt que de favoriser l’innovation digitale européenne.

De plus, les spécificités européennes sont de vraies barrières empêchant une réelle compétitivité notamment due au grand nombre de langues, aux droits de douane, etc.

Cette étude pointe un fait troublant, il est plus facile traverser les frontières européennes pour les citoyens que pour les colis. Ce qui se traduit par un très faible taux d’achat international de la part des citoyens européens, à savoir environ 15% seulement.

De plus, les investisseurs européens ne sont pas friands d’investir en capital risk, avec une culture de croissance plutôt liée aux banques historiquement.

Les entreprises digitales européennes se tournent donc naturellement vers des investisseurs américains pour croître et fuient donc le vieux continent. Des exemples ? Skype créé en Estonie et racheté par Ebay ou encore Minecraft, entreprise suédoise d’origine, rachetée par Microsoft.

Enfin, un des points relevés par cette étude porte sur la politique de migration, qui aux États-Unis porte ces fruits, puisque plus de 40% des sociétés du Fortune 500 ont été créées par un immigré ! Et ce chiffre s’élève à 25% dans les startups Tech.

Bref vous l’aurez compris, il ne s’agit pas que de digital, mais bien d’état d’esprit.
Ce qui risque de prendre un peu de temps, mais il faut bien commencer à un moment.

Pourquoi pas maintenant ?

Cedric/c

Join the conversation! 3 Comments

  1. Bonsoir Monsieur Cauderlier, je vous ai entendu à la radio, et je pensais que vous travaillez également sur l’application mobile JACK…. je ne le vois pas dans votre liste à droite sur votre page…. 😉
    Belle soirée à vous et on se croisera peut-être au Web Summit à Dublin.

    Répondre
  2. […] Quel titre aberrant non ? Et bien, si on en croit une étude récente du world economic forum, les plus mauvais élèves du monde au niveau digital sont les Eu  […]

    Répondre

Laisser un commentaire

About Cédric Cauderlier

Digital strategy & Co-founder @ Mountainview - Blogger - Digital Consultant - Keynote speaker & a lot of other digital things - Ex Danone & Accor

Category

Belgique, Etudes