On nous a beaucoup parlé du boom de l’e-commerce et de la révolution que ce service allait apporter à nos vies…

Quand est-il aujourd’hui après quelques années d’évolution ? L’e-commerce a-t-il tenu toutes ces promesses ?

ecommerce_01

Si on regarde quelques chiffres sur les intentions d’achat online des consommateurs, on s’aperçoit que certains marchés commencent à atteindre une certaine maturité au niveau e-commerce.

En effet, si on regarde les résultats présentés ci-contre, on s’aperçoit que, les intentions d’achats de certains types de produits durant les 3 à 6 prochains mois sont en nets reculs. Les achats de livres (la version papier) ou encore les services de réservations de voyages.

Cela signifie que ce marché déjà bien développé atteint une certaine maturité en terme de volume de consommateurs.

D’autres en revanche sont en plein boom, la réservation de ticket pour des évènements ou cinéma ou l’achat de jeux en ligne. Outre l’apparition des différents services directement sur les consoles de jeux, la montée en puissance de plateformes d’achat telles que steam favorise le développement de ce segment.


Mais à qui vont profiter ces perspectives ? 

ecommerce-02

Comme ont peut le voir, la situation est un peu différente selon les continents. Cependant, de grandes tendances se dégagent.
Les sites qui permettent de faire son shopping sur plusieurs plateformes semblent en déclins et les sites de vente par téléphone ou par catalogue semblent stables sur la majorité des marchés.

La croissance illustrée au début de cet article se jouera entre les “Pure Player” et les acteurs possédant un réseau de points de vente physiques ou « Brick and Mortar ».

Et selon les perspectives présentées ci-dessus, il semblerait que ce soit ces derniers qui aient le vent en poupe sur la majorité des marchés.

Quels facteurs peuvent expliquer cette situation ?

Si l’on revient il y a quelques années, on prêtait à l’e-commerce des vertus régénérantes pour le marché du commerce de détail, l’arrivée d’une vraie expérience pour les consommateurs, et encore bien d’autres choses.

Et à l’arrivée, le constat est bien décevant, il faut l’avouer. Outre les prix sur certains sites et l’accès à des produits plus spécifiques, l’offre faite par les sites de e-commerce sur les articles « classiques » est pauvre.

Le conseil est souvent inexistant, les éléments de confiances souvent négligés (image de marque, coordonnées de contact, facilités…) et il est parfois difficile de faire son choix entre un acteur ou un autre.

Quelle est la réaction des consommateurs ?

Ils se dirigent vers des acteurs qui regroupent selon eux un maximum d’éléments de réassurance, à savoir l’accessibilité, le choix, le prix, l’image, et le service. Ici en l’occurrence, il pourrait être donné en point de vente, tel qu’explications, après vente…

Il semblerait donc qu’aujourd’hui les sites de e-commerce « Pure player » soient en manque d’innovations et affichent une image moins séduisante que les acteurs « physiques ».

Pourtant en Asie et en Afrique, la tendance est inverse !

En effet, ceci est probablement dû à la différence géographique qui existe entre ces deux types de marchés. Là où l’Afrique et l’Asie proposent un tissu de points de vente « physique » probablement moins denses que dans les autres marchés cités. Ce qui signifie une accessibilité et une gamme bien moindre que les «Pure Player» digitaux viennent combler. Mais ceci n’est que pure spéculation !

Join the conversation! 7 Comments

  1. fyi, typo dans “Comme ont peu le voir”

    Répondre
  2. C’est bien parce que le conseil est inexistant sur le net et que l’acheteur est noyé par l’offre que nous avons décidé de créer la plateforme wedigup.fr Je vous invite à venir la découvrir et à nous donner votre avis !
    Votre article est très intéressant et je dois dire me rassure sur l’objectif et l’éthique de notre concept.

    Répondre
    • Merci, j’ai jeté un oeil sur votre plateforme, et effectivement le principe me semble très pertinent. Avez vous déjà des premiers retours sur l’utilisation ?

      Cédric/c

      Répondre
  3. Oui certains ont déjà acheté via wedigup. Des petites perles sont sorties grâce à la connaissance de nos webnosers. Par exemple, une tablette tactile 10 pouces de fabrication française avec port USB et HDMI pour 150 €. Une dame l’a acheté pour son fils à Noël et en est pleinement satisfaite. La marque n’est pas connue mais le produit est bon et relayé maintenant par les autres webnosers bluffés par cette trouvaille… etc
    Nous passons bientôt dans “Le Monde Economique” qui s’intéresse à se style de mise en relation.
    Merci de votre intérêt.

    Répondre
  4. […] des acheteurs (hormis Amazon et eBay) demeurent majoritairement ceux de magasins physiques. Pour Cédric Cauderlier, responsable du numérique chez Danone, s'appuyant sur les dernières études Nielsen sur le sujet, […]

    Répondre
  5. […] des acheteurs (hormis Amazon et eBay) demeurent majoritairement ceux de magasins physiques. Pour Cédric Cauderlier, responsable du numérique chez Danone, s’appuyant sur les dernières étudesNielsen sur le […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About Cédric Cauderlier

Digital strategy & Co-founder @ Mountainview - Blogger - Digital Consultant - Keynote speaker & a lot of other digital things - Ex Danone & Accor

Category

E-commerce, Study