La semaine dernière lors d’une conférence que j’ai pu donner à des étudiants en master à Paris, l’une des discussions qui a suscité le plus d’hilarité portait sur les QRcodes.

Vous savez ces espèces de codes barres évolués permettant de re-diriger les utilisateurs vers une plateforme digitale, passer un coup de fil ou envoyer un sms automatiquement via leur smartphone.

Apparemment ils connaissaient tous un marketeer qui avait tenté de les convaincre de l’utilité de cette technologie, et m’ont donc demandé ce que j’en pensais…

Outre ce que j’en pense, dans les faits, forcé de constater que les barrières à l’utilisation sont nombreuses. Sur base d’une étude de l’IAB seul 26% des Belges savent ce qu’est un QRcode. Et dans cette tranche de la population seul 35% l’ont déjà utilisé.

Il est clair qu’en plus de savoir ce que c’est, la personne doit avoir un smartphone, un abonnement data (pour une utilisation OOH), un lecteur de qr-code, et enfin de l’intérêt pour le produit ou la marque qui lui propose un qr-code.

Bref vous l’aurez compris, le nombre d’utilisateurs potentiels est fort limité naturellement puisque c’est une technologie qui n’a pas encore atteint la masse critique d’utilisateurs récurrents. Pour inverser cette tendance, il faudrait que les campagnes qui utilisant les QRcodes soient tellement pertinentes dans la valeur ajoutée proposé qu’un grand nombre d’utilisateurs s’y mettraient.

Et là les marketeers y sont pour beaucoup, car il existe très peu de campagnes pertinentes voici le top des pires et des meilleurs utilisations de QRcode.

Le Top des pires utilisations de QRcode

La dangereuse

on-the-off-chance-that-you-do-have-service-in-the-subway-scan-at-your-own-risk.jpg

L’invisible

jpg

En mouvement

please-say-that-this-is-an-attempt-at-ironic-humor.jpg

Le plus compliqué qu’un lien à cliquer

bank-of-americas-sharable-technology-gusto-on-its-facebook-page-just-looks-sillytheyre-already-on-the-web-surely-a-link-would-have-sufficed.jpg

Le macho

when-qr-codes-get-3-d

Bref vous l’aurez compris, il y en a pour tous les goûts, mais le dénominateur commun entre toutes ces utilisations est qu’aucune d’entre elles n’apporte réellement quelque chose de neuf pour l’utilisateur, ou ne lui facilite la vie.

En revanche certains on quand même réussit à faire quelque chose d’intéressant avec cette technologie à l’image de celles-ci:

Gilette et Kate Upton

Découvrez une vidéo de Kate Upton qui vous explique ce qu’elle recherche chez un homme qui utilise le produit !

kate-upton-gillette

Mountain Dew et Tacobell

Ils offrent de la musique gratuite à leur cible jeune via leur qrcode sur leurs produits chez TB

Bell

McDonalds

Offre la possibilité à ses consommateurs de découvrir la composition de leur produits et vise à éduquer sur la diététique via un qrcode sur chacun de ceux-ci.

McDonalds

Mercedes

Via un qrcode placé judicieusement dans la voiture, les utilisateurs ont accès en un scan à toutes les informations cruciales (mises à jour) en cas d’urgence liée à leur véhicule.

Mercedes

JCPenney

Un magasin online qui proposait d’ajouter un message audio ou vidéo sur le cadeau offert durant les fêtes via un grâce au qrcode, .

JCPenney

J’ai vu l’équivalent passer il y a peu ici

Pour conclure, vous aurez compris que je ne suis pas très favorable aux qrcodes, hormis si cela rajoute de la valeur pour l’utilisateur !

Les qrcodes étant tellement limités techniquement, couplés aux nombreuses barrières citées ci-dessus et la masse critiques d’utilisateurs étant loin d’être atteinte, il y a fort à parier que cette technologie n’émergera jamais. Surtout que de nouvelles technologies poussent derrière et sont déjà bien implantées et permettent beaucoup plus de choses telles que le NFC ou la visual recognition (Google goggles)

Et vous vous en pensez quoi ?

Cedric/c

Join the conversation! 8 Comments

  1. […] La semaine dernière lors d'une conférence que j'ai pu donner à des étudiants en master à Paris, l'une des discussions qui a suscité le plus d'hilarité portait sur les QRcodes. Vous savez ces espèce…  […]

    Répondre
  2. Merci Cedric pour ces exemples. C’est certain les QR codes ne sont pas LA solution idéale pour les motifs très bien décrits dans cet article. Ils sont toutefois une excellente façon d’initier nos entreprises aux pratiques du marketing direct sur les médias digitaux. Et de préparer nos organisations aux prochaines déferlantes en la matière.

    1) ils instrumentent un call to action directement actionnable (est-ce le cas dans tous vos supports traditionnels?)
    2) ils créent le lien entre les médias traditionnels et l’univers digital. Au même titre qu’une URL personnalisée, ou que la transmission d’une identité via NFC, ou la reconnaissance d’une image ou d’un pub TV par Shazam.
    3) ils initient de multiples dialogues One to one avec les personnes dont nous avons capté l’attention. (Etes vous déjà équipés et entrainés pour animer et assurer le fullfilment de ces interactions?)
    4) ils s’inscrivent dans l’espace et le temps du client (les lieux où il passe, les moments ou il a le temps de lire, …) et s’affranchissent du calendrier et des heures d’ouverture
    5) ils amènent vers des landing pages et contenus logiquement conçus pour les mobiles (si ce n’est pas le cas, vous avez un petit problème) et permettent d’engager un dialogue multi-étapes: laisser son adresse email, charger une application, générer un appel, un call back ou une session de chat!
    6) Ils vous mettent end relation avec une audience « d’early adopters » et de trends setters avec généralement un pouvoir d’achat élevé

    Conclusions: ce ne sont pas les QR codes qui sont l’important, mais bien
    – la capacité de votre marque et de votre organisation à concevoir, tester, et automatiser la gestion de scénarios d’interactions en aval de « calls to action » de ce type,
    – la robustesse des solutions de lead management qui animeront le dialogue multi-étapes et cross-canal entre ce premier contact et l’acte de vente !

    Voilà une belle roadmap qui risque de vous mobiliser pendant quelques mois non?

    Eric

    Répondre
    • Bonjour Eric,

      Tout à fait, ce n’est pas le Qrcode le problème mais bien l’utilisation qui en est faite. Et encore une fois, je ne met pas doute le besoin d’interaction on/off mais d’autres technologies semble plus accessibles et moins contraignantes (NFC, …)

      On verra comment cela va évoluer dans les prochaines années !

      Cedric/c

      Répondre
  3. […] La semaine dernière lors d'une conférence que j'ai pu donner à des étudiants en master à Paris, l'une des discussions qui a suscité le plus d'hilarité portait sur les QRcodes. Vous savez ces espèce…  […]

    Répondre
  4. On peut aussi se demander pourquoi les leaders de la téléphonie, les fabricants de smart technologies, ne créent pas de système natif simple pour l’utilisateur.
    C’est le lien qui manque à mon sens. Le Qr n’est qu’un langage, la fonctionnalité est indispensable. Elle est LA passerelle entre le digital et le réel.

    Répondre
    • Tout à fait d’accord, mais je pense que d’autres technologies vont prendre le pas avant que celle-ci ne se développe.

      Cedric/c

      Répondre
  5. […] La semaine dernière lors d'une conférence que j'ai pu donner à des étudiants en master à Paris, l'une des discussions qui a suscité le plus d'hilarité portait sur les QRcodes. Vous savez ces espèce…  […]

    Répondre
  6. 1 ans après, quand est il du QrCode? Avec IOS7, l’application d’Apple Passbook, les lecteur QR code reader pre-loaded Android? Je pense que malgré les critiques, le QR Code a un bel avenir devant lui …

    Répondre

Laisser un commentaire

About Cédric Cauderlier

Digital strategy & Co-founder @ Mountainview - Blogger - Digital Consultant - Keynote speaker & a lot of other digital things - Ex Danone & Accor

Category

Case study, Web